Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 Dec

Rencontre avec Josiane Lips

Publié par cds83  - Catégories :  #Scientifique

Rencontre avec Josiane LIPS

 

 

le 25 novembre 2017

 

 

 

 

A l’occasion de la deuxième réunion annuelle de la Commission Scientifique qui s’est organisée à Courtheson le 25 novembre 2017, la commission biospéologie du CDS 83 a profité d’un moment de libre entre deux films pour poser quelques questions à Josiane Lips, co-présidente de la commission scientifique de la FFS (CoSci), grande spécialiste des guanobies (espèces cavernicoles qui vivent uniquement dans le guano des chauves-souris).

 

 

Q1 Bonjour Josiane, pour nos lecteurs du CDS 83, pourrais-tu en quelques mots définir ton parcours spéléologique ?

 

Josiane :

«J'ai commencé la spéléo en 1975 au sein du groupe Vulcain, basé sur Lyon. C'était la grande époque de l'exploration du gouffre Jean-Bernard, en Haute-Savoie. La première nous tendait les bras et j'ai longtemps cru que la boite topo faisait partie du matériel individuel de tous les spéléos… Bref, le trou formant les spéléos, je suis bien vite passée du stade débutant au stade spéléo confirmée. Pendant 20 ans j'ai donc fait de la spéléo d'exploration, sans apercevoir une seule bestiole souterraine.

En 1992, tout a changé : Daniel Ariagno, Vulcain lui aussi, spéléo mais aussi grand naturaliste, m'a demandé de l'accompagner dans le Jean-Bernard pour le guider lors d'un inventaire bio de la cavité. Au lieu de courir dans la cavité comme j'en avais l'habitude, nous nous sommes penchés sur la glaise, les petites flaques d'eau, la rivière… et j'ai découvert un monde tout nouveau pour moi.

Cela a été une révélation !

Daniel m'a patiemment aidée dans mes premiers pas de biospéléologue. Je ne connaissais pas grand-chose dans le domaine mais je me suis formée et peu à peu j'ai remplacé la topographie par l'étude des bestioles souterraines.

Ma nouvelle passion m'a conduite à passer un master d'écologie à 50 ans. Les "petits jeunes" de 23 ans qui passaient le master avec moi me demandaient pourquoi suivre une telle formation à mon âge. Ma réponse était évidente : "Je prépare ma retraite".

Et j'avais raison ! Actuellement, les "petites bêtes souterraines" occupent tout mon temps.

 

 

 

Q2 Aujourd’hui, tu es co-présidente de la commission scientifique de la FFS, quel est le rôle de cette commission ? Et quelles sont ses nouvelles orientations ?

 

Josiane :

« Le rôle de la CoSci est de valoriser tout le travail scientifique, d'étude et de protection du milieu souterrain, que font les spéléos, sur le terrain et lors des réunions. Notre rôle est aussi d'aider les spéléos dans cette démarche, en leur proposant des formations, en prêtant du matériel, en mettant en contact ceux qui ont les mêmes problématiques, ou en facilitant les relations entre ceux qui posent des questions et ceux qui connaissent les réponses. 

En ce moment, la commission se structure pour offrir un véritable réseau de connaissances et pour couvrir le maximum de domaines, scientifiques ou géographiques. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.»

 

 

 

Q3 Il va y avoir un événement international important pour la FFS et la CoSCi en 2021. Pourquoi est-il important ?

 

Josiane :

« Le prochain congrès international de spéléo aura lieu en 2021 en France. Pendant une semaine, nous accueillerons environ 2000 spéléos, venus du monde entier, à Lyon. Ce sera l'occasion de faire le point sur tous les aspects de la spéléologie, sportive mais aussi scientifique, à travers des conférences, des présentations, tables rondes… Et tous les participants pourront, s'ils le désirent, découvrir les cavités françaises grâce à des camps avant ou après le congrès. Inutile de vous dire que vous êtes tous invités à venir nous aider pour que ce congrès soit une réussite ! C'est un énorme défi à relever !»

 

 

 

Q4 Que veut-dire GEB ? Quel lien avec la CoSCi ?

 

Josiane :

« Le GEB, Groupe d'Etude Biospéologie, a été créé il y a une dizaine d'années, pour regrouper tous les passionnés de biologie souterraine.

Pour en savoir plus, je vous conseille d'aller sur son site : http://environnement.ffspeleo.fr/biospeologie/

Ce site (un peu fouillis, il faut bien le reconnaitre) regroupe un tas de documents divers et passionnants.

Le GEB est actuellement un sous-groupe thématique de la CoSci.»

 

 

 

Q5 Qu’est qui te passionne le plus dans la biospéléologie ? et pourquoi ?

 

Josiane :

« Difficile à dire… J'adore chercher les animaux, les photographier, les capturer (oui, je suis une horrible spéléo qui tue les animaux inoffensifs) et surtout essayer de leur donner un nom. Pour moi, l'étude d'une cavité n'est pas complète si elle ne contient pas un inventaire de la faune. Ma devise pourrait être : les connaitre pour mieux les protéger.»

 

 

 

Q6 Tu réalises en ce moment un inventaire biospéléologique de France ? Cela consiste en quoi ?

 

Josiane :

« Ouh là là… Je n'ai pas cette prétention (je n'ai qu'une seule vie). Je me contente d'ouvrir les yeux, et mes petites fioles, dans toutes les cavités où je passe. Et je fais une liste de tout ce que je trouve. Et pour pallier à mon manque de mémoire, je fais le plus souvent possible des photos, in situ ou sous loupe binoculaire, des espèces rencontrées pour ma familiariser avec elles. Je les regroupe dans des diaporamas qui sont en libre téléchargement sur le site du GEB.

Parallèlement, Bernard Lebreton, autre membre éminent du GEB, épluche depuis plus de 40 ans toutes les publications spéléos pour y traquer toutes les indications sur la faune et la flore cavernicole mondiale. Si vous voulez tout connaitre de la faune cavernicole d'une cavité, d'une région ou d'un pays, c'est à lui qu'il faut vous adresser.

Nos travaux se complètent et il est vrai qu'un de nos objectifs est de tracer, département par département, un inventaire des spécimens croisés sous terre, actuellement ou dans les temps reculés…

 

 

 

Q7 Tu as fait un master sur les Guanobies du Vanuatu. Qu’est-ce qu’un Guanobie ?

 

Josiane :

« Voici ce que nous dit Wikipedia : Les organismes guanobies sont en biospéologie l'ensemble des bactéries, champignons et animaux vivant dans ou près des déjections — le guano — de chauve-souris ou d'oiseaux vivants dans les grottes comme les salanganes. 

On parle donc de guanobies, animaux inféodés au guano, comme on parle de troglobies, animaux inféodés au milieu souterrain ou de stygobies , animaux inféodés au milieu aquatique souterrain.»

 

 

 

Q8? Pourrais-tu, en quelques mots, nous parler du mode de vie des Guanobies ?

 

Josiane :

«Le guano est une source de nourriture énorme. Toute une chaine alimentaire s'y développe. Il y a beaucoup de guanos différents car certaines chauves-souris sont insectivores, d'autres sont frugivores, d'autres encore ne se nourrissent que de sang (oui, les vampires existent !). Certains tas de guano mesurent plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur alors que dans d'autres cavités, il n'y a que quelques crottes éparses. Chaque chaine alimentaire ainsi créée est donc différente. Le guano peut être à l'origine de la pullulation de certaines espèces (blattes ou mille-pattes ou coléoptères…).

 

 

 

Q9 As-tu découvert de nouvelles espèces ? En France ou à l’étranger ? Existe-t-il une espèce qui porte ton nom ?

 

Josiane :

«Actuellement, j'ai découvert plus d'une soixantaine d'espèces nouvelles. Et je suis sûre que mes placards regorgent encore de bien d'autres espèces nouvelles… Car le plus difficile n'est pas de découvrir une espèce nouvelle (la faune cavernicole est dans l'ensemble très peu connue) mais bien de découvrir un spécialiste acceptant de la décrire… Tous les spécialistes que je connais sont submergés de travail. Et, pour beaucoup de groupes, je ne connais pas de spécialiste. Il y a même des groupes pour lesquels il n'y a plus aucun spécialiste (même au niveau mondial).

Donc oui, il y a pas mal d'espèces qui portent mon nom. Toutes mes espèces nouvelles ont été découvertes à l'étranger mais il se découvre en France chaque année encore des espèces nouvelles.

 

 

 

Q10 Tu possèdes sûrement une collection exceptionnelle, française et exotique, quelle est le spécimen rare de ta collection ?

 

Josiane :

« Si une espèce est rare, c'est que tu ne la cherches pas au bon endroit : je ne sais plus qui a dit cela mais cela me parait très juste.

Plutôt que de parler de spécimen rare, je parlerais plutôt d'animal mythique, c'est-à-dire un animal qui nous fait rêver…

 Pour moi, ce sont les pseudoscorpions qui jouent ce rôle : peut-être parce que le premier cavernicole que j'ai aperçu en était un… »

 

 

 

Q11 Tout au long de ton parcours, tu as dû rencontrer de grands scientifiques et/ou d’autres grands Biospéléologues ?

 

Josiane :

«Oui, j'ai eu cette chance. Et à chaque fois, c'est un vrai moment de bonheur.

Je ne citerai que Pierre Strinati, grand biospéologue suisse de 89 ans, avec qui j'étais en voyage biospéologique (ce sont ses termes) à Santorin il y a un mois.

Mais je pourrais en citer d'autres ! Merci à eux pour toutes les connaissances (et toute la passion) qu'ils m'ont transmises.»

 

 

 

Q12 Quels sont tes prochains projets sur la Biospéologie ?

 

Josiane :

«Mettre en ligne une base de données qui permettra à tous ceux qui le désirent de répertorier toutes leurs observations, photographies ou prélèvements de cavernicoles. Cet outil est indispensable pour garder la trace de tout le travail effectué. Alain Gresse, l'informaticien du groupe, y travaille fort (bénévolement bien sûr). Cette base de données devrait donc être opérationnelle au printemps 2018 sur le site du GEB.»

 

 

 

 

Un grand merci à Josiane de nous communiquer son enthousiasme pour sa passion !

 

 

 

Cette année, Josiane et les deux Bernards de la GEB encadreront le stage de Biospéléologie du 9 et 10 décembre 2017. Tous les stagiaires et l’équipe de la COMMBIO du CDS 83 attendent avec impatience ce moment de partage avec eux… Fin

 

 

Article proposé par Catherine PAUL 

Rencontre avec Josiane Lips
Rencontre avec Josiane Lips
Rencontre avec Josiane Lips
Rencontre avec Josiane Lips
Commenter cet article
L
Bonjour et merci à toute cette équipe du sud-est de la France et tout particulièrement du Var de promouvoir ainsi un domaine scientifique encore bien méconnu... De plus, comme vous avez pu le lire, les biospéologues ou biospéléologues sont des passionnés qui n'hésiteront pas à vous transporter dans un autre monde, plein de mystères. C'est vraiment à découvrir. Venez nous rejoindre et vous verrez...
Répondre

Archives

À propos

Comité Départemental de Spéléologie du Var ------ Diffusion d'informations concernant les spéléologues varois