Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Sep

Rencontre avec Alain GRESSE

Publié par cds83  - Catégories :  #Scientifique

Rencontre avec Alain GRESSE

 

Le week-end du 9 et 10 juin 2018

 

 

 

A la demande de la COMMission BIOspéologie du CDS 83, Alain Gresse est venu, le week-end du 09 et 10 juin 2018, présenter à sept spéléologues du CDS 83 et du 13, la nouvelle application sur les données de Biospéléologie du Groupe d’Etude de Biospéologie de la FFS (GEB). Il est  le concepteur de ce logiciel.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous faire connaitre l’homme qui contrairement « au vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson, aimerait bien souffler ses 100 bougies….

 

 

 

Q1 Bonjour Alain, tu es connu des spéléos de la Commission SCientifique de la FFS  (CoSCi) sous l’acronyme de Lionel, à quel personnage fait référence ce surnom ?

 

Lionel :

« La Maison des Jeunes de Villeurbanne disposait d'un centre de plein air à Vallon Pont d'Arc en Ardèche où j'ai eu la chance de connaître les sports de pleine nature. J'avais 12 ans.

Pendant l'été nous pouvions nous initier à l'escalade, à la spéléo et au canoë. En fin de séjour, pour les mordus d'escalade, une semaine de perfectionnement se déroulait à la Bérarde en Oisans. A mon retour de la Bérarde, le directeur du centre m'a surnommé Lionel en référence à un alpiniste célèbre du milieu du siècle dernier : Lionel Terray. Tout le monde s'est mis à m'appeler comme cela, et mes parent aussi car j'ai eu un beau-frère s'appelant Alain. »

 

 

 

Q 2Quel est ton parcours de Spéléologue et dans quelle région pratiques-tu cette activité ?

 

Lionel :

« Entre 1963 et 1968 je n'ai connu que les cavités de l'Ardèche ou de l'Hérault (Rabanel) et toujours l'été, en liaison  avec la MJC.

A partir de mon inscription au Spéléo Club de Villeurbanne en 1968, j'ai pu découvrir la spéléologie alpine.

Tout d'abord dans le massif du Grand Som en Chartreuse, terrain de prospection  favoris du SCV depuis 50 ans, puis après mon stage initiateur en 1971 j'ai « fréquenté »  le Vercors et en particulier Font d'Urle où se trouvait le centre de formation de l'EFS.

Le département du Rhône est peu karstique, en conséquence, au sein du CDS existe depuis de nombreuses années une culture interclubs permettant de connaître et d'explorer nombre de massifs dispersés dans toute la région Rhône Alpes. Alors toujours plus haut, toujours plus froid... j'ai eu la chance de participer à plusieurs explorations dans le réseau du Jean-Bernard en Haute Savoie en compagnie du club Vulcain. »

 

 

 

 

Q3 Comment l’informatique mène-t-elle à la Biospéléologie ?

 

Lionel :

« La vie est une longue voie ferrée pourvue de nombreux aiguillages, il peut être parfois difficile de comprendre exactement comment l'histoire a pu nous amener à une situation donnée.

Pour résumer , une formation universitaire en géologie m'a permis de me familiariser avec les environnements naturels. Puis l'informatique me paraissant fournir le moyen de résoudre nombre de problèmes, je me suis reconverti à cette spécialité pendant 30ans au cours de ma vie professionnelle.

C’est en 2014 que Josiane Lips prend en charge la gestion du site GEB alors existant. Elle dispose d'une base de données comportant plusieurs milliers d'observations. Elle souhaite la partager mais également permettre à tous les biospéléos de pouvoir disposer d'un logiciel assurant le suivi des observations effectuées. Comme Basekarst vient d'être choisi dans le département du Rhône, elle se pose la question s’il serait possible de l'adapter ? Et c’est en 2015 que je me propose de l'aider à rafraîchir le site.

Une conférence téléphonique est organisée en juillet 2016 dans le but de répondre à ses besoins. Les participants sont les personnes ayant conçu et déjà mis en place Basekarst. Il est décidé que dans un premier temps, un module de saisi sera réalisé puis un module d'analyse dans un deuxième temps.

Imprudemment, je me suis proposé pour réaliser ce module de saisi... Et voilà comment j'ai été amené à la biospéléo. »

 

 

 

Q4 Pourquoi la CoSCi a-t-elle eu l’idée de promouvoir ce projet ? Quel est l’objectif de cette application ?

 

Lionel :

« L'objectif est de fournir aux biospéléos un outil permettant de consigner les observations. Ces observations peuvent être visuelles, photographiques, sonores ou sous formes de prélèvements.

Le logiciel doit permettre de connaître les intervenants, les conditions de prélèvement, les lieux d'observations (situation géographique et souterraine), le suivi des déterminations, les conditions et lieu de stockage des échantillons, et enfin la bibliographie se rapportant aux déterminations effectuées ainsi qu'aux cavités dans lesquelles ont été effectuées les observations.

Dans sa partie analyse, l'application devra permettre des requêtes détaillées, la rédaction de documents de synthèse, l'établissement de cartes de situation en fonction de la taxonomie. »

 

 

 

Q5 Est-il nécessaire d’être un expert en « biospéléologie » pour utiliser l’application ?

 

Lionel :

« Non. Car le but de l'application sera également de mettre en relation les experts avec les personnes ayant réalisé les observations.

Des filtres facilitant les recherches ont été mis en place . Par exemple, peuvent être visualisés automatiquement les cavités d'une commune donnée, les genres appartenant à une même famille ou inversement la famille à laquelle appartient un genre donné... »

 

 

 

Q6 Cette application est-elle ouverte aux non fédérés ?  Comment peut-on s’inscrire ?

 

Lionel :

« Pour l'instant, l'application étant toujours en cours de développement, il vaut mieux restreindre l'accès à quelques « béta testeurs » qui voudront bien faire remonter toutes les remarques sur les fonctionnalités mises en place ou demandant à être améliorer.

Les demandes de création d'un nouveau compte de connexion doivent être effectuées par mail à l'adresse du webmaster du site. L'adresse se trouve sur le site GEB , dans la partie publique ne nécessitant pas de login-mot de passe. »

 

 

 

Q7 Qu’est-ce qui t’a le plus enthousiasmé dans la réalisation de ce logiciel?

 

Lionel :

« Plusieurs points m'ont donné du mal puis apporté satisfaction après qu'une solution ait été trouvée.

En premier, chaque objet manipulé (cavité, station, sortie et lot-matériel) appartient au rédacteur de l'objet. Le rédacteur est le seul à pouvoir modifier ou supprimer.cet objet. Le rédacteur peut également donner des droits en lecture ou ajout sur cet objet à d'autres personnes.

En second, la mise au point des listes déroulantes contextuelles, c'est à dire se rapportant aux filtres selectionnés, a pris également beaucoup de temps de développement.

Et en dernier, le profil utilisateur, paramètrable par l'utilisateur, permet de choisir des options qui sécurisent les données personnelles ou présélectionne des filtres simplifiant les interrogations sur la base de données.. »

 

 

 

Q8 Comment imagines-tu l’avenir de cette applicati on ?

 

Lionel :

« Il reste encore du travail à effectuer.

Tout d'abord quelques bugs à corriger puis des modules à écrire (gestion des domaines géographique hiérarchisés  - import de photographies, création de groupe d'utilisateurs avec des droits identiques, automatisation de l'import de données à partir d'autres bases ou fichiers - ajout d'un niveau supérieur aux embranchement pour pouvoir introduire des observations portant sur des bactéries, gestion homogène des coordonnées, relation avec d'autres bases – Karsteaux – Grottocenter - Basekart – fichiers départementaux...).

Par la suite obtenir des résultat analyses/requètes pouvant être intégrées dans des rapports, des cartes de répartition des espèces. »

 

 

 

Q9 Tous les participants du stage, Sara PATRINOS, Jean-Luc LAMOUROUX, Gilles JOVET, Alexandre ZAPPELLI, Alexandra ROLLAND, Marcel et Catherine PAUL sont tous unanimes pour reconnaître le « Super et Enorme boulot » que tu as réalisé. As-tu une estimation du temps passé ?

 

Lionel :

« Le début de l'écriture a commencé, il y a deux ans. Il y a eu beaucoup de retour arrière pour réécrire des modules ne correspondant pas à ce qui était souhaité, ou pour apporter de nouvelles fonctionnalités..

Totalement écrit en PHP à l'origine, le langage Javascript a été utilisé au bout d'une année et a nécessité une refonte d'au moins 50% des modules. »

 

 

 

Q12 Tu as gentiment répondu présent à notre invitation. C’était la première fois que tu formais des spéléologues à ce logiciel ? Qu’attendais-tu de cette rencontre ?

 

Lionel :

« J'attendais que les participants fassent part de leur besoins et indiquent si l'application pouvait y répondre telle qu'elle ou avec des améliorations proposées. »

 

 

 

Q13 Quel a été pour toi le moment le plus difficile de ces deux journées ? Et bien sûr, le moment le plus chouette ?

 

Lionel :

« Plusieurs moments difficiles car l'application ne fonctionnant pas avec le PC en window10, et le fait de tomber sur des bugs faisant tâches.

Pour la technique, j'ai été content de voir que l'application fonctionnait depuis un smartphone.

J'ai été également rassuré quand il m'a été dit que l'application possédait une structure « logique » facile à appréhender.

Enfin, j'ai particulièrement apprécié l'accueil qui m'a été réservé, les conseils et encouragements donnés, la découverte de la faune et flore de la garrigue, et les moments de pauses conviviaux.

C'est à moi de vous remercier. »

 

 

 

Q14 Ma dernière question sera plus indiscrète. Quels seront tes prochains projets en attendant de fêter ta 100ème année ? Seront-ils plutôt orientés Biospéologie ? Ou informatique ?

 

Lionel :

« Comme évoqué plus haut, ce site n'est pas terminé et si je ne trouve pas des personnes pouvant m'aider, je crains de ne pas pouvoir m'occuper, pour l'instant, d'autres projets informatiques.

Dans les prochains mois je risque d'être fortement impliqué pour une participation à la réalisation d'un film sur le Vallon des Eparres. C'est le lieu de Chartreuse où nous travaillons depuis 50 ans...

J'ai eu le tord de faire un squelette du scénario et il m'est à présent demandé d'écrire les textes et dialogues.

100 ans ne suffiront pas, c'est ce qu'aurait pu dire Mathusalem... ».

 

 

 

Belle persévérance ! Un grand merci à Lionel d’avoir répondu à notre curiosité et que de travail en perspective….

Car à la fin de ce stage, Alain est reparti avec tout plein de points d’interrogation, de réflexions et de propositions pour faire évoluer son application. Nous lui avons fourni de quoi occuper quelques soirées…. Mais il sait qu’il dispose dans le Var et dans le 13 d’une petite équipe de volontaires prêts à tester ses nouvelles évolutions.

 

 

Le rendez-vous est pris pour l’année prochaine pour bidouiller sur les nouvelles versions  de ce logiciel de la GEB .

 

 

Toute l’équipe de la COMMBIO remercie Lionel et tous les participants de ce stage.

 

 

 

Vous pouvez lire le compte rendu de ce week-end en cliquant sur le lien suivant :

http://speleo83cds.fr/documents/2018_COMMBIO_CR_STAGE_9et10_JUIN.pdf

 

 

 

 

Article proposé par Catherine PAUL

 

Comité de lecture Marcel PAUL

 

       

Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Rencontre avec Alain GRESSE
Commenter cet article

Archives

À propos

Comité Départemental de Spéléologie du Var ------ Diffusion d'informations concernant les spéléologues varois